Aéroport et zone industrielle, le président Bernard Plano a présenté son premier bilan annuel pour le syndicat mixte Pyrénia (EcoPyrénées Tarbes, Eric BENTAHAR).
Aéroport et zone industrielle, le président Bernard Plano a présenté son premier bilan annuel pour le syndicat mixte Pyrénia (EcoPyrénées Tarbes, Eric BENTAHAR).

A la tête de Pyrénia depuis le 7 mars dernier, Bernard Plano a dressé le bilan du syndicat mixte de la zone aéroportuaire de Tarbes Lourdes Pyrénées (Hautes-Pyrénées). Un syndicat qui est propriétaire de l’aéroport de Tarbes, mais aussi des terrains à vocation industrielle aménagés autour de la piste de l’aéroport international.

« L’aéroport est un outil capital pour notre attractivité. Il irrigue les activités touristiques et industrielles », explique Bernard Plano. L’occasion pour l’élu de saluer la bonne fréquentation de l’aéroport des Hautes-Pyrénées, avec ses 400 000 passagers attendus pour cette année. Parmi eux, 100 000 fréquentent la ligne Tarbes – Paris Orly, opérée par Hop ! Air France, et qui voit son utilisation augmenter cette année grâce à un avion de 100 places mis en service depuis le 24 octobre 2016. « « Nous devrions pouvoir atteindre 124 000 passagers par an », ajoute Bernard Plano.

L’aéroport de Tarbes, c’est aussi Lourdes et les pèlerinages. Si les vols charters poursuivent leur décrue, la mise en place de ligne low cost à destination de Rome ou de Cracovie (notamment) doit permettre d’inverser la tendance, et offrir une alternative de transports aux pèlerins individuels. « On doit retrouver une connexion avec Lisbonne et Madrid, et vers l’Amérique latine. »

Reste que la question du rapprochement avec l’aéroport de Pau n’est toujours pas réglée. Si l’envie n’est pas grande côté béarnais, les discussions restent au point mort entre les deux aéroports voisins. Dans l’attente, Tarbes a décidé de se tourner vers l’aéroport de Toulouse Blagnac pour mettre en place une coopération.

Côté industriel, Pyrénia s’appuie sur le succès de Tarmac. Le site de démantèlement et de recyclage des avions en fin de vie a pu mettre une nouvelle corde à son activité avec le stockage d’avions et leur reconditionnement. Changement de propriétaire, réaménagement intérieur… autant de services proposés par un site qui emploie aujourd’hui une centaine de salariés et se développe sur 30 hectares autour de la piste de l’aéroport. Un troisième hangar est en projet avec une salle de peinture et un parking.

L’ambition de Pyrénia est désormais de développer la présence des industriels autour de l’aéronautique, et de nombreux autres secteurs. Un hôtel d’entreprises est en projet sur la zone de Pyrénia.

EcoPyrénées à Tarbes, Eric BENTAHAR.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *